à table...

Cette page est en cours de construction, certains liens peuvent ne pas s'ouvrir...

 

Il y a assez de sites de recettes de cuisine soit à terre soit en mer, je ne vais donc pas vous redonner ici la énième recette des pâtes au corned beef... (sincèrement on a tous du corned beef à bord pour faire comme... mais vous en bouffez, vous? c'est ignominieusement  dégueulasse on est bien d'accord!)

Je ne vais pas refaire une page de l'avitaillement idéal... C'est bizarre ces trucs qu'on traîne en fond de coffre parce que c'est l'avitaillement idéal et qu'on ne mange jamais!!

Je ne vais pas refaire le débat sur le frais, le mou, le lyophilisé...

 

 

************

 

 

Finalement elle sert à quoi cette page? Saurais je transmettre quelques réflexions culinaires?

Je crois que dans ce domaine comme ailleurs, sur un bateau encore plus qu'ailleurs l'important c'est (... oui j'ai du thé à la rose sur Téva mais c'est pas ça, enfin pas que ça...) l'important c'est l'imagination et l'absence d'intégrisme.

L'imagination au pouvoir! avoir la magie des mélanges et oser inventer.

Pas d'intégrisme surtout!  La Vraie Recette n'existe pas! on trouve assez de barbus de par le monde pour ne pas en mettre dans le couscous! un peu comme en musique, faut se la jouer "sur un air de... ", "variations autour de... " , comme dans le  Jazz, il y a des standards, on en expose le thème et à partir de là tout est possible, de l'épure minimaliste à la grandiloquente fanfare.

 

 

************

 

Je vais quand même vous livrer une ou deux recettes...

et d'abord pour les gourmands à réconforter lors les quarts difficiles!

 

Le gâteau d'STL*

 

125 gr de chocolat pâtissier
125 gr de beurre,
500 gr de crème de marron
2 œufs
1 cuillère à soupe de farine.

Faire fondre le chocolat et le beurre, mélanger.

Ajouter les œufs et la farine, mélanger et incorporer en dernier la crème de marron.

Faire cuire à four pas trop chaud entre 6 et 7 entre 20 à 30 minutes (quand on peut enfoncer un couteau, c'est bon)

(Avec les boîtes de 380g de crème de marron je mets  100g de choc et de beurre mais je laisse 2 œufs et la cuillère de farine)

(je l'ai fait plusieurs fois avec du beurre salé (du beurre quoi! diraient les bretons)conservation oblige... et c'est encore meilleur!)

 

* STL c'est une copine, y'a pas de miel dans son gâteau mais elle a écrit un livre sur les abeilles et les pesticides...

 

 

************

 

C'est vrai, le seul aliment que je ne mange vraiment vraiment pas, même sous la torture c'est le concombre. Faut dire que je n'ai pas essayé le concombre de mer... il y en a des dizaines sous le bateau, y compris la version punk...

Et le poisson cru de Tahiti est quand même une institution (même si  entre nous je préfère le cevice péruvien). Donc dans les restau, je demande toujours poisson cru sans concombre, et c'est un gage de fraîcheur car si le restau dit oui ça veut dire une préparation extemporanée alors que si ils ne veulent pas c'est que c'est prêt d'avance donc moins bon. Un test imparable!  Et quand je le fais moi même je remplace par de la courgette... crue, non épluchée coupée en tout petits morceaux, que je mélange aux carottes coupées aussi en mini dés et la tomate de même taille. Saler ce mélange dans l'égouttoir et laisser dégorger pendant qu'on coupe le poisson puis mettre le tout dans le saladier avec un filet de citron, poivre, (goûter avant de resaler ), un filet d'huile d'olive ( ça c'est pas très tahitien mais ...hum!) et une lichette de lait de coco (mais si on en a pas c'est pas grave du tout et c'est même mieux à mon avis de le mettre dans un petit pot à côté et chacun choisi s'il en veut beaucoup ou non!) et surtout on sert de suite sans laisser macérer... Tout l'inverse que dans les livres!! Ah oui ce sont les élections ici! mais j'ai pas de page politique... je vous laisse apprécier les caricatures...

 

 

************

 

Un mot sur les fromages. Il ne viendrait à l'idée d'aucun voileux hexagonal  de partir sans fromage...

Sauf que les tommes de chèvres du Lubéron, les Bethmales mœlleux (voire les Moulis), les saint nectaire odorants, les cantals bien friables, sont non seulement en voie de disparition pour cause d'hygiénisme règlementeur (surtout menteur) mais introuvables autour du monde... Que faire ? Bien sur c'est un lieu commun que d'embarquer une boule de très vieille mimolette avec le pic et le burin nécessaire pour en tirer des copeaux (en cas de gros temps attention à riper! la fémorale est dans l'axe...) ou un beau triangle de parmegiano reggiano qui, sauf à franchir des contrôles anglo-saxons,  feront bien un  tour du monde ou deux sans faillir. Pour des comté, reblochon... pouvant agrémenter les premières semaines la feuille de papier absorbant trempée dans l'eau de mer pour recouvrir la tranche à chaque coupe reste aussi un incontournable...

Mais je voudrais  parler ici Alchimie  le reste n'étant que recettes de bonnes femmes. Le miracle que j'ai vécu en mer est la conversion sans repentir (St Paul à côté n'est qu'un petit joueur) de la pire espèce de plastic-cheese americano british en parfait défenseur des pratiques occultes du lait cru hébergeur de moisissures un rien entêtantes et teneur en MG indéterminable pour cause de vache brouteuse de pré fleuri ou de foin croquant...

J'avais embarqué en vue de gratins pas très regardant ou de pasta un peu tristounettes des blocs de vague cheddar bien parallélépipédiques allant du blanc  sale au rose saumon d'élevage n'ayant jamais  bien vu la différence profonde des low, mild ou strong savour, tous aussi insipides... Pour une raison que j'ai oubliée, (emballage déchiré ? trempage excessif dans le jus stagnant au fond du réfrigérateur ?... voire pire) je les avais sortis de leur étui d'aluminium, pliés dans du papier absorbant  et rangés dans la très grosse boîte en plastique où cohabitaient les espèces natives natales entamées: petite tomme de Savoie,  bleu des causses, emmenthal ou beaufort. La mauvaise mer, la flemme de plonger tête première au fond du  coffre pour attraper la boîte...  l'oubli enfin, les ont laissé en intime promiscuité quelques semaines. Quel sabbat? Quel rite initiatique? Quel combat des chefs a bien pu se célébrer dans l'ombre occulte du frigo? A l'ouverture une nouvelle race était née : Belle croûte fleurie issue de l'incorporation du papier dans les couches superficielles du fromton, petite moisissure jaune, néoformation de micro bulles pseudo emmenthaliennes, odeur suave de chaussettes en laine de mérinos... Et quel goût... un régal avec le café au pt'it déj...

Vraiment, un des meilleurs fromage que j'ai jamais mangé... La morale de l'histoire c'est qu'on finira bien par battre les anglais au rugby (dixit Philippe).

 

 

************

 

Les Feï sont une de mes belles découverte de la Polynésie : Une banane de montagne à cuire.

J'ai raffolé en Afrique et en Caraïbe des plantains. Je revois les bassines pleines d'huile bouillante, posées à même le sol et les marchandes qui  vous vendaient ces friandises brûlantes, en dés ou en rondelles, dans des cornets de papier journal.

Je me souviens de ma première tentative d'en faire une purée salée ! et la polymérisation qui s'en suivi, figeant dans un monobloc la cuillère en bois, la casserole en inox et une fourchette à manche bleu. J'étais jeune alors!

Mais revenons aux feï. Ce sont d'ailleurs des plantains mais d'une espèce  propre à cette région. Comme eux on ne les mange que cuit et s'ils sont une denrée de choix pour le four tahitien, j'ai appris à les traiter à ma façon, métisse, un mélange de culture culinaire . Pratiquez une fente d'un seul côté sur la peau, la décoller du fruit lui faisant ainsi un berceau naturel (on peut fendre aussi la banane elle même, c'est meilleur). Là à votre imagination de jouer. On peut y glisser une noix de beurre et du gruyère, une pincée de sel et un tour de poivre. si l'on est gourmand et qu'on en a une cuillère de crème fraîche  donnera du moelleux. Quand on est riche quelques petits dés de lardons fumés revenus, un hachis d'oignon fondus ou les deux, rajoutés feront un repas complet. Quand votre imagination a fini d'inventer (tiens j'y pense, avec du saumon fumé ça doit pas être mal), mettre simplement les feï au four moyen, la peau sert de plat et d'étuve, le fruit cuit et le fromage gratine. Autre bénéfice les peaux noircies iront directement à la poubelle... Pas de vaisselle!

retour vers la page équipière

retour vers voilier Teva